La création d’une association sans président : que disent la loi et les statuts ?

On le sait, le fonctionnement des associations diffère de celui d’une entreprise lambda. En ce qui concerne la fonction de présidence, des concours de circonstances, ou bien des choix propres peuvent l’amener à être réduite à néant. En effet, il se peut par exemple que les fondateurs de l’association souhaitent régir de façon égale, ou bien qu’un président démissionnaire n’ait pas été remplacé.

Mais alors dans ce cas, est-ce légal ? Eh bien oui ! Si l’on regarde scrupuleusement la loi, aucune mention n’oblige la présence d’un trésorier, d’un secrétaire, ni même d’un président. Vient alors la question de la gestion de ladite association. Voyons plus en détail comment opérer selon qu’il s’agisse d’une volonté ou non.

Comment créer une association sans président

Une association sans président due à un désir de collégialité de ses membres

Dans le cas où aucune notion hiérarchique n’est désirée, il se peut que les membres de l’association fassent le choix de n’élire aucun président. Vouloir diriger une association collectivement est louable, autant faut-il rester organisé. Ainsi, ce sont les statuts de l’association qui orientent la manière de fonctionner. Ces statuts doivent être rédigés sérieusement au moment de la création de cette association.

Mais alors dans les faits, comment cela se déroule au quotidien ? Encore une fois, tout dépend des statuts ! Généralement, ce cas de figure consent à attribuer un rôle de président tournant, soit un changement fréquent de la fonction. Si les fondateurs-dirigeants veulent à tout prix faire de la co-présidence, les statuts des associations peuvent mentionner l’assurance d’un conseil d’administration collectif. Dans ce sens, ce conseil permettra une bonne conduite collégiale et participera à l’accord des décisions.

La gestion d’une association suite à la démission du président

Si une association voit son président démissionner, et que personne ne souhaite en assurer la fonction, c’est plus complexe. Les statuts sont là aussi décisionnaires quant au mode de gestion à suivre. Dans un cas de vacance de poste, un remplaçant provisoire désigné par le vice-président ou un des membres du bureau peut être prévu. Retenez par ailleurs que toute modification des statuts par le bureau ou le conseil d’administration implique une déclaration auprès de la préfecture.

Il faut savoir que dans ce cas de figure, l’absence de président est totalement illégale. Des solutions doivent être rapidement adoptées pour garantir la continuité de l’association. À terme, une assemblée générale extraordinaire devra être convoquée par le bureau dans l’optique d’une mise en sommeil de l’association voire sa dissolution. Il est ainsi essentiel que cette situation ne s’éternise pas au regard de la loi.

Nous vous recommandons ces autres pages :